Bienvenue sur le blog Plume de vies !

Je m’appelle Sophie, j’ai 37 ans et je suis l’auteur de ce tout nouveau blog. 🙂 J’habite au Portugal depuis plus de deux ans, mais je suis expatriée de longue date puisqu’avant j’ai passé 7 ans à Houston, au Texas. Je suis maman de 2 enfants, Salomé – 10 ans – et Robin – 7 ans.

Après plus de 15 ans auprès des jeunes enfants, je viens de démissionner de mon métier d’enseignante. Lorsque j’ai fait cette annonce sur un autre blog que je tiens, j’ai écrit deux articles qui ont beaucoup touché les lecteurs. Dans ces articles, j’ai raconté deux situations qui me sont arrivées quand j’étais jeune prof, des situations difficiles qui m’ont beaucoup marquée. Suite à ces publications, une de mes amies, également enseignante, m’a contacté. « Sophie, j’ai deux histoires que j’aimerais bien partager moi aussi… Tu ne voudrais pas les écrire pour moi ? »

Écrire pour les autres, mais quelle drôle d’idée ! A ce moment-là, je croyais avoir déjà testé beaucoup de choses en écriture et ça me paraissait suffisant pour mon épanouissement. J’avais déjà écrit des nouvelles légères et humoristiques, de la science-fiction, de l’humour noir, des textes pour enfants, sans compter la centaine d’articles qui se trouve déjà sur mon autre blog… Mais, tout de même, le challenge me plaisait, et c’est finalement plutôt enthousiaste que j’ai répondu à mon amie que j’allais essayer.

Lorsque j’ai reçu son message audio, d’une durée de plus de 15 minutes, j’étais en vacances dans ma famille en France. Je crois que je me souviendrai toute ma vie de ce moment-là. Je me revois, dans la chambre, en train d’écouter la voix émue de mon amie me racontant la longue descente aux enfers d’un de ses petits élèves, atteint d’une maladie dégénérative et dont l’issue lui fût malheureusement fatale, alors qu’il était encore dans sa classe. J’avoue avoir eu un mal fou à digérer cette histoire et il m’a fallu un certain temps pour me sentir enfin prête à l’écrire. Ce jour-là, je me suis mise face à mon clavier pendant que tout le monde dormait encore et j’ai raconté l’histoire d’Arthur, avec mes mots, mais avec les émotions de mon amie.

C’est un exercice périlleux que d’écrire pour les autres. Est-ce que l’histoire va leur plaire ? Ai-je utilisé un ton trop dramatique ? Est-ce que j’ai bien réussi à retranscrire les émotions du moment ? J’avoue que j’ai été un peu impressionnée lorsque j’ai envoyé le récit à mon amie, mais son retour, positif et ému, m’a rassuré. Alors j’ai écrit sa deuxième histoire, puis la vie m’a permise d’en écrire deux autres, celle d’une amie médecin et celle d’une amie psychologue. Après tant de travail et d’efforts, il m’a semblé important d’offrir un cadre de vie à ces histoires, le but étant qu’elles soient partagées. J’avais aussi le secret espoir de pouvoir prêter ma plume à plus grande échelle, et c’est ainsi que le projet Plume de vies est né.

Vous vous demandez sûrement, en lisant ces lignes, ce que je retire du fait de prêter ma plume, gratuitement, sur mon temps libre, pour écrire des histoires qui ne me sont même pas arrivées. Et bien c’est difficile de vous répondre, car je crois qu’il faut le vivre pour comprendre. Le don, gratuit et complètement désintéressé, touche intimement celui qui l’offre et celui qui le reçoit. Quand il n’y a plus de contraintes apparaît la plus belle des libertés. Celle qui touche les âmes, celle qui permet de dire oui ou non de manière consciente, celle qui amène parfois un retour complètement inattendu. J’ai écrit 4 histoires, mais j’ai grandi de 20 ans. Je ne remercierai jamais assez mes 3 amies d’avoir osé me confier leurs instants de vie, et je peux même dire que ce partage, sans filtre, sans tabou, en exprimant intimement les émotions, a créé entre nous un vrai lien de confiance.

Oh, bien sûr, tout ne s’est pas fait aussi simplement… Cent fois j’ai voulu tout arrêter, trouvant mon projet fade et sans intérêt. Qui voudrait lire mes histoires de toute façon ? Mais j’étais déjà bien avancée sur le chemin et je trouvais ça dommage de ne pas essayer, alors à chaque période de doutes je me suis prise par la main, et j’ai continué.

L’idée est donc là, belle et simple à la fois. Je suis convaincue que les histoires de vies sont une richesse incroyable et qu’on peut tirer de chacune un bel enseignement. Et je crois profondément que le partage, surtout pendant ces temps un peu troublés, est indispensable pour aider à relier les femmes et les hommes entre eux.

Le blog Plume de vies a été crée dans ce but. Je veux pouvoir aider ceux qui souhaitent transmettre une anecdote, une rencontre, une rupture, un deuil, une maladie, une guérison, un petit pas ou un grand changement… Chaque expérience de vie peut être une grande source d’inspiration, et je suis convaincue que la réflexion qui en découle peut résonner chez d’autres personnes et permettre à chacun d’avancer dans son propre cheminement. J’espère que je serai à la hauteur des histoires qui me seront confiées, et que ce projet contribuera, à sa petite échelle, à rendre notre monde un peu plus doux.

Je publie une nouvelle histoire chaque semaine, le mercredi matin. Si vous souhaitez participer, n’hésitez pas à me contacter !

Vous trouverez toutes les informations dans la partie Mon projet.

Merci pour votre soutien !

Sophie